Image by 贝莉儿 DANIST

REIKI 3 

À ceux qui se demande si il est possible de purifier ses chakras la réponse est oui! Mais pas tout d'un coup... :)

Lecture 2

HISTOIRE DES CHAKRAS

HISTORIQUE DU SYSTÈME DES CHAKRAS

 

Dans notre perspective nord américaine, la notion des chakras est moderne, mais il s’agit d’un système reconnu depuis bien longtemps. Il y a donc différentes interprétations des couleurs associées à chacun d’entre-eux et parfois quelques nuances dans l’information qui circule. Voici une perspective historique des chakras.

Les textes védiques sont les plus anciens textes de la tradition indienne dans lesquels on décrit la morphologie énergétique du corps (circa 2,000 à 600 Après Jésus).  Ces textes ont été écrits par des Indo- Européens.  Ces Aryens arrivaient en Inde sur des chariots.  Le terme chakras veut dire roues, qui faisait référence au chariot emprunté par ces arrivants.  La roue est devenue symbole du cycle du temps et le chariot symbole de transporteur à travers les mondes.  Celui qui triomphait de voyager à travers ces mondes circulait à travers kalachakra – la roue du temps.  C’est ainsi que la roue est devenue le symbole parfait de l’équilibre et de l’ordre céleste.

Ceux qui traversaient ce cycle s’appelait les cakravartins.  On les reconnaissait, car un disque de couleur doré ornait leur énergie semblablement à l’auréole du Christ.  On conçoit qu’il s’agissait de la puissance de l’un de leurs chakras.  Les écrits rapportent également que lorsque dieu Vishnu est descendu sur terre, il avait quatre bras.  Il portait dans ceux-ci un cakra (roue de vie), une fleur de lotus (beauté), un bâton noir (force) et une conque (le son Om)

.

Dans les textes védiques de Yoga Upanishads (circa 600 Av. J.C) et dans les textes plus récent Yoga Sutras of Patanjali (circa 200 Après Jésus), on explique les dualités du corps physiques et de l’esprit.  Il est dit que le but du yoga est d’unir le corps physique à son corps céleste, afin de dépasser la nature matérielle.  On explique aussi dans le yoga védique que notre corps est aussi constitué de nadis; de cordons énergétiques au nombre de 72 000, dont la plupart sont reliés aux chakras, faisant de ceux-ci des épicentres énergétiques.

Dans le yoga de tradition Kundalini, et de la tradition tantrique moderne qui ont refait surface au 7e siècle, une perspective commune soutient qu’il faut vivre dans ce monde au lieu de s’en séparer.  Une petite dualité dans la mise en application s’instaure lors de son apparition dans le monde occidental : le tantra est défini comme une pratique axée sur l’aspect sexuelle/énergétique, tandis qu’en principe tantrisme unifie la sexualité à l’Énergie sacrée.  La tradition de tantra védique est l’essence de la pratique des prêtres Brahman qui aspire à la libération de l’âme.

La référence principale au sujet des chakras devient « The Serpent Power » publié en 1919, inspiré des écrits indiens du 16e siècle de Padaka-Pancaka.  Aujourd’hui, la plupart des perspectives partage la définition des sept chakras majeurs.  Ils soutiennent d’emblée que les chakras unifient le corps énergétique (les corps subtils) et le corps physique.  L’épicentre de ces chakras se retrouve au sein de la colonne vertébrale; le cœur faisant le lien entre les chakras inférieurs et supérieurs.

                                                                                                                                                                         

Tableau des 12 chakras.jpg